Partagez | 
 

 Thorkel Alwin Sønderörn

Aller en bas 
AuteurMessage
Thorkel A. Sønderörn
Are you stupid ?
Are you stupid ?
avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 09/03/2011
Age : 26

Ta Monstrueuse Fiche
Que s'est-il passé dans récemment dans votre vie ?:
Fils de?:
Age:

MessageSujet: Thorkel Alwin Sønderörn   Ven 11 Mar - 4:04


    *Nom: Sønderörn
    *Prénom: Thorkel Alwin
    *Surnom: Thor’
    *Âge: 20 ans
    *Enfant de: Hraesvelg (non-inventé)
    *Orientation sexuelle: Bisexuel
    *Hobbies et club: Thorkel lit beaucoup, de toutes les sortes de livres sans discriminations. Champion d’échec, et de dames il aimait aussi chercher et trouver des informations sur les différentes mythologies et légendes à ses heures perdues. Il ne délaisse pas l’activité physique pour autant, puisqu’il entretient toujours l’enseignement de lutte apprit au pays, notamment par une petite séance d’entretient de la forme chaque jour… oh, et puis il aime voler, bien sûr.
    *Groupe: « Are you stupid ? »


    *Physique:

    Sous sa forme humaine, Thorkel est une jeune homme d’une vingtaine d’années, à qui on donnerait peut-être un peu moins que son âge de façon générale. Il possède un visage aux très agréables, plutôt mignons et assez beaux sans rivalisé avec ceux des plus belles gravures de modes masculines de l’école, ce qu’il n’a d’ailleurs jamais souhaité. Ses cheveux bleu-noirs coupés cours et jusqu’à l’air faussement doux qu’il arbore généralement concourent à cette impression de jeunesse relative. Il n’y a en fait qu’un seul élément de son visage qui fasse son âge, et même bien plus que son âge : ses yeux. Son regard d’une nuance fort proche de sa chevelure semble porteur d’années plus nombreuses que les siennes, surtout quand ils sont grave et sérieux, encore plus lorsqu’il réfléchit intensément, ne s’adoucissant généralement que lorsqu’on parviens à le faire rire et à le garder un peu dans cet état. Même si quand il le veut il peut parfaitement y laisser passer toutes ses émotions, il n’y a que la joie, et en de bref éclairs la colère, qui parviennent à franchir la réserve qu’il s’impose.

    Au niveau de la silhouette, Thorkel est un peu plus grand que la majorité des gens, peut-être parce que son père est un géant, atteignant les deux mètres dix à peu près. Loin d’être massif ou mal dégrossis, il est parfaitement découpé et proportionné par rapport à sa taille, donnant un ensemble harmonieux. Ses muscles sont souples et bien dessinés, loin d’être surdéveloppés mais maintenus en état par l’entraînement physique quotidien et possédant la robustesse qu’il a hérité de son géniteur. Par-dessus, il ne porte à peu près que des costumes fais sur-mesure, pas particulièrement par vanité, même s’il a largement les moyens, mais tout simplement parce qu’un homme de sa taille trouve rarement de quoi se vêtir de façon satisfaisant au rayon prêt à porté. Ses ensembles ont un petit côté bien taillé et bien coupé qui ne trompe pas sur leur qualité, même si lors des moments de détente il lui arrive d’arborer des tenues plus décontractées, mais de tout aussi bonne qualité.

    *Caractère:

    Première, Thorkel est extrêmement intelligent. C’est le trait principal et fondateur de sa personnalité et même de toute sa personne. Il est capable d’appréhender rapidement des concepts et de les maîtriser, mais aussi de comprendre les choses qu’on lui explique avec facilité, et même souvent celles qu’on ne lui explique pas. Sa mémoire, surtout, est particulièrement développé, et il est capable de se souvenir de tout ce qu’il prend la peine d’apprendre, ainsi que d’opérer des liens rapides entre des événements stockés en elle et d’autres encore actuels. Cette capacité à faire des liens s’opère aussi au jour le jour, et c’est notamment ce qui fait de lui un si redoutable joueur d’échec et de dames, ainsi que bien d‘autres jeux. Parfaitement conscient de son intelligence et de sa valeur, il prend soin de l’entretenir plus encore que son corps, par la lecture et justement les différents jeux, par exemple, et ne rechigne jamais quand viens l’occasion de l’opposer à celui de quelqu’un d’autre.

    Comme dit plus haut, Thorkel à toute sorte d’activités physiques et mentales qui le maintiennent en forme, détail auquel in accorde une importance qui, si elle n’est pas maladive, est tout de même réelle. Le jeune homme n’aime pas les structures des clubs, raison pour laquelle il n’en as intégré aucun. Il n’a jamais apprécié « l’effet de groupe », qui noie les bons éléments dans la masse des moyens et accorde aux médiocres des mérites qu’ils n’ont pas. Ce n’est pas pourtant qu’il est asocial, loin de là. Assez intelligent pour être d’une exquise politesse quand il le veut, il lui arrive aussi d’arborer un léger sourire cynique et des paroles à l’avenant, ce qui semble toujours plaire à certains groupes de collégiens. Les deux seules choses que respecte le fils de Hraesvelg sont l’intelligence et le pouvoir, sous toutes ses formes, la première plus encore que la seconde. Quant à ceux qui n’ont aucune des deux, il n’a, à de rares exceptions prêt peut-être, aucune considération pour eux et n’hésitera pas à les manipuler… ainsi peut-être que les deux autres catégories, à l’occasion.

    Car Thorkel n’a jamais eût le moindre scrupule à manipuler autrui s’il le faut. Il n’a jamais apprit à considérer la destinée des autres comme d’égale importance avec la sienne, et rien n’a bien sûr changé spontanément avec les années. S’il lie assez facilement de nombreux liens, dont une minorités sont parfaitement sincères et réciproques, il a très peu d’expérience de « l’amitié » proprement dite, avec tout ce qu’elle sous-entend réellement. La seule chose qui dépasse véritablement les liens complexes de son intelligence, pour lui en tous cas, c’est la sensation grisante du vol, sur les ailes du vent, libre de toutes entraves et de toutes contraintes, dans le ciel infini…

    *Histoire:

    Comme on peut le deviner à la simple écoute de son nom, Thorkel est né dans les scandinaves pays du nord. Pour être plus précis, il est né au Danemark, voilà une vingtaine d’année, de la jeune et belle Alwine Sønderörn, riche héritière de la fortune d‘un des plus gros armateurs du pays. C’est d’elle qu’il tient son nom de famille, et il fut nommé d’après son père et elle, car son propre géniteur n’avait pas grand-chose à lui léguer du côté nominatif. D’ailleurs, dans les premières années de sa vie, il ne sembla pas au jeune bambin qu’il lui ait même légué quoi que ce soit. Il était peut-être plus grand et plus fort que la plupart des enfants de son âge, même s’il n’avait pas un physique de brute, loin de là, et il aimait beaucoup regarder le ciel, mais c’était à peu près tout. Il ne souffrit d’ailleurs pas trop de cette absence de père, car sa mère l’aimait beaucoup, et que les serviteurs de celle-ci s’occupaient bien de lui. Il reçu très tôt la meilleure éducation qu’on puisse trouvé dans son septentrional royaume pour un jeune homme de bonne famille, son esprit s’éveillant ainsi très tôt aux prémices du savoir.

    Ainsi, jusqu’à son septième anniversaire, Thorkel grandit-il dans la villa de son grand-père, entouré d’amour et d’attention. C’était un enfant assez solitaire, peut-être parce que tous les autres enfants étaient ceux des domestiques et que sa stature ainsi que sa force ne faisaient que creuser l’écart naturel entre eux. Il lisait déjà beaucoup pour son âge, dévorant les livres depuis qu’il avait apprit à lire correctement, vers cinq ans et demi. Il lisait souvent, seul, en haut d’une des dépendances de la villa, dans un grenier tapissé de foin, un lieu qu’on lui avait donné pour ranger ses affaires et être un peu dans son coin. Il y avait des livres le long des murs et aussi quelques autres babioles, comme des jouets élaborés, et une fenêtre aux volets de bois d’un côté. L’événement était arrivé par une belle journée d’été, alors qu’il finissait un de ses livres, allongé dans le foin devant la fenêtre. Il avait posé l’ouvrage sur le côté et regardé dans le ciel. Il était très beau, d’un bleu fondamental parcouru simplement à quelques minces nuages. Il ressentait l’intense envie de s’y envoler et, après y avoir réfléchit, il décida, du haut de ses sept ans, que ce serait une excellente idée.

    Tout cela semblait parfaitement raisonné dans sa petite tête, tout à fait naturel. Il grimpa sur l’appui de fenêtre et se jeta dans le vide, du haut du dernier étage de ce bâtiment de bonne taille. Les yeux fermés, les bras écartés, le sol se rapprochant de lui à vitesse grand V. Et puis, deux mètres du sol, il battit des bras, une fois, puis une autre, et remonta dans une gracieuse courbe vers le ciel, frôlant le sol à quelques dizaines de centimètres. Alors il ouvrit les yeux et poussa un hurlement de joie. Sauf que ce ne fût pas sa voix, mais un cri rauque et aérien. Tout comme ses bras n’étaient plus des bras, mais les ailes puissantes d’un aigle impossible. Mais on ne se soucie pas de ce genre de détails mesquins quand on a sept ans et qu’on rêve du ciel depuis autant d’années. Il poussa un nouveau cri en fendant l’air, tournoyant dans les cieux auxquels il aspirait depuis si longtemps. Le vol semblait la plus naturelle des choses chez lui, comme s’il l’avait eût dans le sang depuis sa naissance. C’était sans doutes le cas, ne fût-ce qu’un peu, et c’était probablement pour cette raison aussi que l’infini céleste l’appelait depuis qu’il était tout bébé. Et, bon sang, que c’était bon !

    Pourtant, il y avait autre chose qui l’appelait. Une sorte de pulsion primaire qui le poussait vers le nord et qu’il ressentait seulement maintenant. Autant par simple pulsion que par envie d’éprouver ses ailes qui lui semblaient si naturelles, il prit cette direction, jouissant pleinement du vent claquant autours de lui. Il vola une bonne heure, jusqu’à des terres rocheuses et incultes, battues par les vents. Ce fût là qu’il vint à lui, un aigle bien plus énorme encore qu’il ne l’était. Hraesvelg. Son père. Il reconnu tout de suite le nom. Déjà à l’époque, il s’intéressait à la mythologie, celle de son pays en l’occurrence, et avait toujours été intrigué par Yggdrasil, l’Arbre-Monde, et les animaux qui l’entouraient. Et, ce jour-là, il apprit qu’une partie était pure vérité, et qu’il s’intégrait dans cette vérité. Après lui avoir longuement parlé, son père le renvoya. Il lui avait bien spécifié qu’il ne devait pas compter sur une présence paternelle très présente. Le géant métamorphe garderait un œil sur lui de loin et viendrait peut-être le voir de temps en temps, mais sans plus. Par contre, il devrait faire attention à ne pas révéler sa vraie nature aux humains normaux. Enfin, il lui dit qu’il prendrait contact avec lui un jour, pour l’emmener au milieu de gens comme lui. Et il le laissa en lui recommandant de lui faire honneur.

    Pensif, Thorkel revint vers son point de départ et, songeant à l’avertissement de son père, se retransforma un peu avant la villa isolée, finissant de rentrer à pied. Il dû expliquer l’affaire à sa mère et celle-ci, très grave, confirma l’histoire. Après ça, la vie du jeune « monstre », puisque s’est ce qu’il était, changea légèrement. Déjà, ses précepteurs changèrent, devenant plus rigoureux encore, et de nouvelles matières lui furent donner, comme la lute, où sa force immense, même pour sa taille, ainsi que sa grande résistance, lui offraient des atouts de base indéniables. Mais en plus de ça, il sortait une ou deux fois par semaine avec des serviteurs dévoués à la famille et allait voler. Il y prenait un plaisir fou et maîtrisa de mieux en mieux son pouvoir, apprenant à articuler ses transformations avec facilité, puis partiellement. Il maîtrisa toutes les subtilités du vol, des courants aériens aux manœuvres possibles, tandis qu’on lui enseignait plusieurs langues étrangères, à savoir les autres idiomes scandinaves, le français, l’anglais et le russe, qu’il apprit avec application et un sa facilité coutumière pour les études aussi diverses que variées.

    Ainsi passèrent les années. Thorkel n’eût que des professeurs particuliers, en partie pour éviter tout risque qu’un camarade de classe découvre ce qu’il était vraiment. Et il grandit, et il apprit nombre de choses, maîtrisant les anciennes langues scandinaves et étudiant peu à peu les mythologies du reste du monde, car il savait qu’il y avait une part de vérité derrière chacune. Et puis, quand il eût l’âge, son père revint. Oh, il l’avait aperçu du coin de l’œil de temps en temps, et avait même volé une ou deux fois en sa compagnie. Mais cette fois il revint pour de bon, comme il l’avait annoncé, et il annonça à son fils que le temps était venu. Alors Thorkel fit ses adieux, mit ses affaires en ordre et partit avec ses bagages, derrière son géniteur. Celui-ci le mena jusqu’à une ville, où se trouvait une école bien particulière. Sans l‘attendre, son père l‘avait déjà inscrit dans l‘établissement, depuis leur première rencontre en fait. Thorkel n’eût plus qu’à louer une maison en ville pour pouvoir s’installer en ce lieu unique entre tous, où il s’intégra remarquablement bien, allez savoir pourquoi…

    Qu’est-ce qui fait de vous un monstre ?

    Thorkel à hérité des pouvoirs de son père et de la plupart de ses caractéristiques, à l’exceptions de sa taille, atténuée. Ainsi, il possède la force immense des géants, et sous ses dehors relativement modestes, il serait capable d’envoyer au tapis à peu près n’importe quel combattant humain moderne. Il a également la résistance de ses ancêtres, ce qui le rend difficile à empoisonner et lui épargne à peu près toutes les maladies humaines, en plus de le rendre plus résistant aux coups, ainsi que leur longévité exceptionnelle, pour ne pas dire infinie, puisque personne n’a encore vu un géant nordique mourir de vieillesse. En dehors de ces caractéristiques générales, il a aussi hérité des spécificités propres à son géniteur. Ainsi, il peut se transformer à volonté en un puissant aigle géant, d’une taille équivalente à celle qui est la sienne sous forme humaine, doué de paroles. Il y garde également toutes les autres caractéristiques précitées, tels que la force ou l’endurance, ce qui lui permet de parcourir des distances extrêmement longues et de voler très longtemps. Ses ailes sont particulièrement puissantes, et peuvent faire naître des bourrasques dévastatrices, déséquilibrant voir emportant facilement les gens qui les subissent de face. Enfin, il peut également ne se transformer que partiellement, transformant juste ses mains en serres acérées ou ne suscitant que ses ailes, qui se trouvent alors dans son dos.


    *Votre âge IRL ? 18 ans
    *Comment avez-vous connu le forum ? Une demande de partenariat
    *Une remarque ? Joli forum Very Happy
    *Le code que vous avez trouvé dans le règlement ?[ Validé by Cléo]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alena Nic Dónaill
Fondatrice Sadique | God, I'm Awesome
 Fondatrice Sadique | God, I'm Awesome
avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 04/03/2011
Age : 27

Ta Monstrueuse Fiche
Que s'est-il passé dans récemment dans votre vie ?:
Fils de?: Neferet De Nile
Age: je sais plus

MessageSujet: Re: Thorkel Alwin Sønderörn   Ven 11 Mar - 7:52

Bonjours,

Bienvenue sur MH

Fiche Validé, n'oublie pas de visité ces quelques liens:

Recensement des monstres: Click
Recensement des avatars: Click
Vie de membres:Click
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://monster-high.forumgratuit.org
 
Thorkel Alwin Sønderörn
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Monster High :: L'ADMINISTRATION :: Who are you ? :: _Présentations terminées :: Are you stupid ?-
Sauter vers: